L'édito 2020 de la Ministre Frédérique Vidal

Frédérique Vidal 2019
Jamais nous n’avons eu autant besoin de fêter la science qu’aujourd’hui.

Fêter la science à l’heure de la Covid-19, c’est d’abord célébrer cette boussole indispensable pour traverser la tempête sanitaire et nous projeter de nouveau vers l’avenir. Car c’est la recherche qui nous a permis de sortir de la sidération provoquée par ce virus inconnu et d’aller de l’avant en décryptant les ressorts de la maladie, en éclairant les décideurs politiques et en outillant le corps médical avec des innovations technologiques et thérapeutiques.

Fêter la science, c’est aussi célébrer cette force de transformation capable de changer une crise majeure en une opportunité historique. Une opportunité de prendre à bras le corps les grands défis de notre siècle, une opportunité de bâtir cette société écologique, solidaire et souveraine à laquelle nos concitoyens aspirent tant. Une relance aussi ambitieuse ne pourra trouver sa source que dans les connaissances et les innovations qui nous permettront de cultiver, de produire et de vivre autrement, en bonne intelligence avec la planète. En nous faisant toucher du doigt le concept de santé globale qui lie entre eux les hommes, les animaux et leur environnement, la crise nous presse de questionner notre rapport à la nature.

Cette 29ème édition de la Fête de la science propose donc aux citoyens d’aller puiser dans tout l’éventail des savoirs, dans la biologie comme dans la chimie, l’ethnologie, la philosophie ou la littérature, matière à réévaluer la place de l’Homme dans son environnement et à assumer notre responsabilité vis-à-vis de la biodiversité et des ressources naturelles.

Fêter la science, c’est aussi célébrer cet esprit de raison, ce culte du doute méthodique et de l’expérimentation qui sont au coeur de la démarche scientifique. Nous avons pu mesurer durant la crise combien cette hygiène de l’esprit était indispensable pour rester unis, mais aussi combien elle était fragilisée, tant par la flambée des croyances que par l’ambiguïté des liens entre la science et la société. D’une certaine manière, la crise a brisé la glace : la recherche est sortie des laboratoires et les citoyens ont vu la science en train de se faire. Mais ils en ont attendu à la fois trop et pas assez : trop de certitudes, quand la recherche avance à force de tâtonnements et de controverses ; pas assez de repères, quand la recherche est le meilleur rempart contre les préjugés, le ressenti, les fausses informations. Si les relations entre la science et la société ont gagné en intimité durant cette crise, nous avons encore beaucoup à faire pour dissiper tout malentendu et les amener à un véritable dialogue, à une véritable confiance, à un véritable partage. C’est l’une des ambitions du projet de loi de programmation de la recherche, qui créera de nouveaux espaces d’échanges entre les citoyens et les chercheurs en prenant appui sur l’expérience et l’engagement des associations et des professionnels de la médiation.

Pendant que la recherche sera à l’honneur au Parlement, la science sera à la fête partout en France. Jamais nous n’avons autant eu besoin de fêter la science et c’est la raison pour laquelle tous les acteurs de la Fête de la science se sont surpassés pour rendre cette 29ème édition encore plus créative, encore plus interactive, encore plus surprenante. Pour s’adapter au contexte sanitaire, la Fête de la science enrichit sa programmation virtuelle et propose au grand public une balade numérique qui mettra à l’honneur les nombreuses initiatives des territoires. Le livre « Sciences en bulles » propose quant à lui de déambuler parmi les sujets de thèses de 10 doctorants, qui portent chacun un regard singulier sur la « planète Nature ». Ce thème est également incarné par le parrain de cette 29ème édition, Bernard Werber, qui interroge la place de l’Homme dans l’univers grâce à la puissance de l’imaginaire.

Qu’elle ait lieu dans un roman, une BD, un podcast, un musée ou un laboratoire, la rencontre reste l’ADN de la Fête de la science. En connectant le chercheur et le grand public, la passion et la curiosité, la raison et le coeur, elle met la science et la société en accord et en marche vers l’avenir.

Alors n’hésitez plus, venez penser, rêver, fêter la science !