Rencontre / débat
11 oct.

Cinéma et astrophysique : comment représenter une exoplanète au cinéma ?

Une collaboration entre l'Observatoire de Paris et La Fémis, partenaire de l'Université PSL.

vortex_Fémis

Thématique(s)

  • Sciences de la Terre et de l'univers, de l'espace
  • Sciences humaines et sociales

Avec

  • Stéphane MAZEVET > Astrophysicien, Directeur de l'Observatoire de la Côte d'Azur
  • Sophie MAS > Productrice du film "Ad Astra" de James Gray (2019)
  • Elsa De Smet > Historienne de l'art

La Fémis collabore depuis plusieurs années avec l’Observatoire de Paris pour renouveler les représentations de l’espace au cinéma à partir des données scientifiques les plus actuelles.

L’exploration spatiale a fasciné les cinéastes depuis les origines du cinéma, de Méliès à Fritz Lang, de Kubrick au renouveau contemporain des fictions spatiales, avec Interstellar, Gravity, Ad Astra, Proxima… Cette soirée propose de revenir sur les riches échanges entre le cinéma, l’exploration spatiale et les recherches en astrophysique, sous trois angles : un angle technique à travers la présentation d’une séquence réalisée par les étudiants en Décor et Image de la Fémis sur le paysage d’une exoplanète ; un angle historique revisitant certains films témoignant d’une inspiration scientifique et d’une inventivité formelle particulière ; et enfin un angle génétique à partir du cas du film Ad Astra de James Gray (2019). Comment les fictions cinématographiques se servent-elles de l’espace comme un moyen de faire résonner leurs enjeux esthétiques et narratifs ? Comment représenter ces univers au cinéma sans reproduire les référents visuels terrestres ? Quel équilibre trouver entre justesse scientifique et renouvellement des imaginaires ?

Informations pratiques

Lieu

La Fémis

Date(s)

11 oct.
19:00 > 21:00
Réservation obligatoire

Contact et réservation

https://forms.gle/ky4syR6vLexLNkpk7

Publics concernés

15 - 18 ans, 18 - 25 ans, 25 ans et +

Capacité

170 personnes max.

Accessibilité

Le pass sanitaire ou la présentation d’un test PCR datant de moins de 72 heures (ou test antigénique de moins de 48h) sera demandé.

Organisé par