Clémentine Leroy

Crédits : MESR
Unité de recherche « Abeilles et Environnement » (Inrae), université d’Avignon

Bien que fascinée par l’accouplement des escargots que je photographiais à leur insu ou par l’allure des mantes religieuses femelles dont je suivais la quête funeste, l’enfant que j’étais n’aurait pas parié que, des années plus tard, j’allais mener des recherches sur les invertébrés ! Mais quoi de mieux que de participer à la conservation d’abeilles sauvages, souvent méconnues, et pourtant aussi fondamentales que nos recherches ?

Thèse

Évaluation de la sensibilité des abeilles sauvages aux variations des ressources florales à travers une approche éco-physiologique