Chloé Nabédian, une marraine 2021 engagée

Portrait de Chloé Nabédian
Crédits : Julien LOZANO
« Pour moi, la science, c’est avant tout de la curiosité qui s’accompagne ensuite d’une envie de comprendre puis de partager. C’est un fabuleux cadeau. »

La journaliste Chloé Nabédian a accepté d’être la marraine de cette édition anniversaire de la Fête de la science.

Chloé Nabédian a débuté sa carrière de journaliste spécialisée en météorologie et climat en 2013 sur La Chaîne Météo, puis en 2014 sur I-Télé (actuellement CNews) pour présenter les bulletins météorologiques et couvrir les événements climatiques et scientifiques majeurs. Depuis 2016, elle présente les journaux météo du 13 h et du 20 h sur France 2 et participe aux éditions spéciales de la rédaction.

En 2018, elle a co-animé en prime-time avec Olivier Minne le magazine Au cœur des éléments, un show scientifique grandeur nature sur les tempêtes. Puis en 2019, elle a co-animé le premier magazine d’information sur le climat Zéro Émission pour France Info. En 2020, elle intègre l’aventure du Tour de France en présentant le Tour de France de la Biodiversité  et en commentant le patrimoine naturel lors de chaque étape pour l’émission Vélo Club.

À côté de ses activités télévisuelles, Chloé Nabédian a commencé en juillet 2017 sa collaboration avec les Nations Unies auprès de l’Organisation météorologique mondiale qui l’a choisie pour représenter la France dans une grande campagne visant à sensibiliser le public sur le dérèglement climatique.

Elle est également l’auteur du livre La météo devient-elle folle ?  publié en 2019 aux éditions du Rocher.

 

Au cœur de Chloé Nabédian

 

Pourquoi avez-vous accepté d’être marraine de la FDS ?

J’ai eu la chance d’avoir été une marraine « locale » pour la Fête de la science a deux reprises (Villeneuve-Loubet en 2019 et Le Soler en 2020). J’ai été frappée par l’énergie incroyable qui émanait lors de ces manifestations, de ces yeux qui brillaient des petits comme des grands, de cette soif de comprendre, de cette joie de partager la connaissance.

Pour moi, la science, c’est avant tout de la curiosité qui s’accompagne ensuite d’une envie de comprendre puis de partager. C’est un fabuleux cadeau. On pense souvent que la science, ce sont les mathématiques, la physique ou la biologie mais n’oublions pas les autres sciences, celles qui parlent de l’humain, de la société, de la nature, comme l’archéologie, l’ethnologie ou la climatologie.

La Fête de la Science met en valeur toutes les sciences et nous donne la possibilité de découvrir celle qui nous touche, celle qui va nous donner envie de nous surprendre.

 

Que suscite en vous « l’émotion de la découverte » ?

Ma première « émotion de la découverte » s’est produite lorsque j’étais étudiante à la Sorbonne en Histoire de l’art et Archéologie. J’ai eu la possibilité d’étudier l’ethnologie, un domaine de recherche qui m’a totalement subjugué. Vous plongez, au gré des recherches et des lectures, au plus près de peuples dont la culture et les traditions sont très différentes de la vôtre. Pourtant, leur mode de vie, leur façon de concevoir la société résonnent profondément en vous. Ils vous poussent à réfléchir sur votre propre environnement, à remettre en question certaines choses que vous croyez acquises, ils vous bousculent et vous font réfléchir.

Ma deuxième émotion est arrivée bien des années plus tard, lors d’un voyage en Laponie. Même si j’explique au quotidien la formation de phénomènes météorologiques et optiques comme les aurores boréales ou les parhélies, comme pour la plupart des français, l’occasion de les voir « en vrai » ne s’était jamais présentée… jusqu’à ce voyage. Lorsque j’ai vu ma première aurore boréale, qui plus est timide au début, à peine visible puis devenant de plus en plus puissante, vivante, illuminant le ciel d’incroyables couleurs, l’émotion fut immense.

L’émotion de la découverte n’arrive pas tous les jours et c’est aussi cela qui rend la science fantastique. Parfois elle arrive sans prévenir et d’autres fois, nous devons accomplir de nombreux efforts pour l’obtenir.


Que souhaitez-vous transmettre à travers ce 30e anniversaire de la Fête de la science ?

Que l’on aime l’art, la nature, les étoiles, la technologie ou la chimie, on a tous en nous une science qui attise notre curiosité. Venez découvrir la vôtre à la Fête de la Science ! Quel que soit votre âge, vous allez ressentir cette magie qui opère dès que vous aurez poussé la porte. Ici, la curiosité n’est pas un vilain défaut, mais bien la plus vertueuse des qualités et, qui sait, vous allez peut-être ressentir votre propre émotion de la découverte lors de 30e anniversaire.

Retrouvez Chloé sur ses réseaux sociaux